Le vignoble

HISTOIRE

RaisinLa présence de la vigne à Vézelay remonte à l’époque gallo-romaine. A la fin du IXe siècle, l’implantation d’un monastère de bénédictins par Gérard de Roussillon a donné un essor au vignoble. Au Xe siècle, l’abbaye de Vézelay devient un grand centre de pèlerinage et le départ d’un des chemins de Saint Jacques de Compostelle. Aux XIVe et XVe siècles la viticulture princière, stimulée par l’habitude des réceptions et le prestige, se développe ; le Duc de Bourgogne possède son propre domaine et a laissé son nom à un lieudit « le clos au duc ». Le vin de Vézelay est acheminé à Paris par voie d’eau où Vauban, originaire de la région note sa présence. Au XVIIIe siècle, le Bourgogne est à la mode à Paris, le vignoble atteint son apogée. En 1884 le vignoble est détruit par le phylloxera. Ont été replantés des plants américains, résistants au phylloxera, qui donnaient des vins grossiers et quantitatifs. La guerre de 14-18 puis l’exode rural et surtout l’avènement du chemin de fer (les parisiens préféraient les vins du midi aux vins de l’Yonne) sont à l’origine de la disparition du vignoble. Subsisteront quelques vignes dont la production était destinée à la consommation familiale. Dans les années 75 les plants nobles de Bourgogne, chardonnay et pinot noir, ont été plantés. L’INAO (Institut National des Appellations d’Origine) délimite en 88 l’appellation BOURGOGNE sur une aire de 333 ha répartie sur 4 villages, Vézelay, Saint-Père, Asquins et Tharoiseau. En 97, les chardonnay produits à Vézelay obtiennent l’appellation BOURGOGNE VEZELAY et seront couronnés de l’appellation VEZELAY dans les 2 prochaines années. Aujourd’hui 1/3 de l’aire d’appellation est plantée.

/